Quelle est l’empreinte carbone du chocolat?

Les françaises et les français raffolent de chocolat, nous en consommons 7.6kg par an et par personne. Mais cette consommation n'est pas sans impact, zoom sur l'empreinte carbone du chocolat.
Empreinte carbone
Mis à jour le :
16/7/2020
Sommaire

Tous les produits alimentaires que nous mangeons ont un impact environnemental, qu'on peut mesurer via l’empreinte carbone. Malheureusement pour nous, le chocolat n’échappe pas à cette règle. Culture et récolte du cacao, transformation en chocolat, transport, emballages: toutes les étapes de sa production émettent des gaz à effet de serre.

Mais en tant que citoyen, on peut agir pour réduire l'impact sur l'environnement de notre consommation de chocolat!  Nous allons voir dans cet article qu’en termes d’empreinte carbone, le chocolat n’est ni tout noir, ni tout blanc...

1.   L’empreinte carbone du chocolat

1.1 L’empreinte carbone élevée du chocolat

Disons-le directement, l'empreinte carbone du chocolat n’est pas terrible. L’empreinte carbone d’un kilo de chocolat est d’environ 5kg de CO2e.

Ce chiffre est une moyenne issue de la Base Carbone de l'ADEME. Les deux variables qui vont jouer à la hausse ou à la baisse sur ce chiffre sont les suivantes:  type de chocolat et impact sur la déforestation ou non.

70% des émissions de CO2e du chocolat viennent de la production du cacao. Les 30% restants englobent toutes les autres étapes: de la transformation du cacao à l’emballage, en passant par l’ajout d’autres aliments et le transport jusqu’au lieu de vente.


Comparons avec l’empreinte carbone d’autres produits alimentaires: 

  • 1kg de chocolat (on ne vous conseille pas d’en manger autant en une seule fois 😄 )  = 5kg de CO2e
  • 1kg de tomates de saison = 250 grammes de CO2e
  • 1kg de fromage = 10kg de CO2e
  • 1kg de viande rouge = jusqu'à 25kg de CO2e
  • 1kg de croissants : 1,6kg de CO2e

Source : L'empreinte carbone des aliments

1.2 Le coupable: la culture du cacao et la déforestation

> Le cacao est en grande majorité cultivé selon les méthodes d’agricultures dites "conventionnelles": on utilise des pesticides, des machines, des fertilisants. Ces processus utilisent de l'énergie et sont directement émetteurs de gaz à effet de serre, si bien que l’agriculture est aujourd’hui responsable d’environ 20% des émissions mondiales. Le cacao n'échappe pas à la règle et fait même partie des cultures les plus émissives. Pourquoi? 

> Normalement, le cacao pousse sur des parcelles arborées, car il a besoin d’ombre. Mais la demande mondiale de cacao croit depuis des décennies et les surfaces nécessaires ne font qu’augmenter. 

> Pour faire pousser plus de cacao, nous avons défriché des zones autrefois occupées par la forêt primaire, comme par exemple en Côte d’Ivoire. Ce pays, premier exportateur mondial de cacao, a perdu 90% de ses forêts en 60 ans !


> La déforestation représente 15% des émissions de gaz à effet de serre mondiales: le carbone stocké dans les arbres et les sols part dans l’atmosphère, et ce sont des émissions futures qui ne pourront pas être capturées par ces forêts.

> Autrement dit, lorsqu’on fait de la déforestation pour planter du cacao, l’empreinte carbone du cacao en question augmente fortement. Si ce cacao sert à faire du chocolat au lait, l’empreinte carbone du chocolat double, si c’est pour du chocolat noir, elle triple (étant donné que la part de cacao dans le chocolat noir est plus élevée)!

1.3 Les autres étapes de la chaîne de production du chocolat

A la culture des fèves de cacao, il faut ajouter les étapes de transformation. Le broyage des fèves de cacao en poudre de cacao dans un premier temps, puis l'ajout d'autres ingrédients : 

  • Du lait de vache pour le chocolat au lait ou chocolat blanc, dont la production émet encore plus de gaz à effet de serre que le cacao par kilo (à cause du méthane lié à l'élevage principalement)

  • Du sucre, de l'huile de palme (également responsable de déforestation), des conservateurs, etc.

Enfin, le transport vient alourdir le bilan carbone du chocolat car le cacao est uniquement cultivé dans des pays situés au niveau de l’équateur.

1.4 Empreinte écologique du chocolat: les autres impacts

La production de chocolat n’est pas seulement émissive de gaz à effet de serre. Elle est aussi gourmande en surface terrestre (ce qui engendre la déforestation) et en eau, d’après les études, il en faut 3400 litres pour faire une tablette de 200 grammes! 


Les cultures de cacao consomment aussi une grande quantité de pesticides, ce qui pollue les sols et même les nappes phréatiques, c’est aussi mauvais pour la biodiversité environnante. 

Enfin, la déforestation évoquée plus haut est responsable du recul des lieux de vie de nombreuses espèces sauvages, et donc d’une grande partie de l’effondrement de la biodiversité observé de nos jours partout dans le monde.



→ Il existe un outil qui permet d’exprimer la quantité d’eau, de terre, de CO2 etc nécessaire pour fabriquer un objet, produire un kilo de chocolat ou d’un autre bien : c’est l’empreinte écologique. 

2.   Faut-il arrêter de manger du chocolat pour le bien de la planète?


Pour réduire notre empreinte carbone liée à l'alimentation, on peut mieux consommer. 


2.1 Choisir du chocolat à l’empreinte carbone plus faible

> Privilégier le chocolat noir

D’après la base carbone l’ADEME, le chocolat noir émet 20% de CO2e en moins que le chocolat au lait. Le chocolat blanc est le plus émissif : 6.5 kilos de CO2e par kilo de chocolat. La faute aux ingrédients ajoutés dans ces deux derniers chocolats, et surtout le lait de vache.

A noter : si le chocolat au lait est à base d'un substitut comme le lait de riz ou le lait de coco, cela va réduire l'empreinte carbone de votre tablette! Jusqu'à en faire un chocolat moins carboné que du chocolat noir? Dur à dire, aujourd'hui on manque de chiffres pour l'affirmer. 


> Choisir du chocolat labellisé qui n’a pas provoqué de déforestation


C’est le plus important! Du chocolat issu de la déforestation, qu’il soit noir, blanc ou au lait, aura dans tous les cas une empreinte carbone bien plus importante. Comment savoir si le chocolat que vous achetez n'a pas provoqué de déforestation? 

Il existe des labels pour cela: 

  • Le label Rainforest/UTZ vise à protéger la biodiversité et à certifier que les cultures de cacao assurent des conditions de vie durables pour les agriculteurs et agricultrices. Ce label est identifié par la Banque mondiale comme étant un des labels les plus exigeants dans le secteur du cacao du point de vue de la lutte contre la déforestation.
  • Le label Fairtrade vise surtout à assurer une juste rémunération des paysans en promouvant un commerce équitable. 


Acheter du chocolat labellisé est donc un moyen intéressant de limiter la déforestation liée à la culture du cacao. Ces labels peuvent aussi garantir que votre chocolat a été produit de manière éthique, ils préviennent le travail des enfants dans les plantations (il est estimé que des centaines de milliers d’enfants cultivent du cacao en Afrique) et promettent une juste rémunération des exploitants.

> Un chocolat labellisé n’est pas tout blanc pour autant


Certains labels sont aujourd’hui critiqués pour le manque de rigueur de leurs méthodes et contrôles. Et même si le label est sérieux, cela ne veut pas dire que le chocolat n’a aucun impact, exemple : un cacao labellisé bio est sûrement bon pour l’environnement en polluant moins et en protégeant la biodiversité, mais cela entraîne forcément des baisses de rendements qui pourraient favoriser … la déforestation !

Acheter du chocolat labellisé est donc intéressant, mais ce n’est pas une solution magique !

2.2 Réduire sa consommation de chocolat?


De la même manière qu'il est recommandé de manger moins de viande rouge pour les protéines, il pourrait être recommandé de manger moins de chocolat pour la catégorie dessert et snacks si vous voulez réduire votre empreinte carbone personnelle.


Si vous êtes accro au chocolat, on est d'accord ce n'est pas facile. Passez déjà du chocolat industriel sans label à un chocolat plus responsable, ça sera une première étape qui a de l'impact!


Conclusion

Le chocolat a une empreinte carbone non négligeable en comparaison à d'autres snacks ou desserts, à cause de la culture très émissive du cacao.

Plus de chocolat noir, chocolat au lait vegan, chocolat labelisé qui certifie l'absence de déforestation, voire moins de chocolat, heureusement des solutions existent pour réduire votre empreinte carbone liée au 🍫, sans forcément le bannir de vos vies ! (Ouf 😄)

Articles recommandés pour vous
Empreinte carbone
3/11/2021
ACV (Analyse de Cycle de vie) : définition, exemples et explications
Qu’est-ce qu’une ACV, ou analyse de cycle de vie ? À quoi sert-elle ? Comment évalue-t-on les impacts environnementaux d’un produit grâce à l’ACV ? On vous explique tout ça.
Empreinte carbone
3/11/2021
Qu’est-ce que la comptabilité carbone : tout ce qu’il faut savoir
Qu'est-ce que la comptabilité carbone ? Sur quels principes se construit-elle et avec quelles méthodologies ? Quelle est sa place dans une stratégie de développement durable ? On vous dit tout !
Actualités
27/10/2021
Foot et climat : le bilan carbone du ballon rond
Football et climat font-ils bon ménage ? À l'heure où tous les secteurs doivent se décarboner, le football est parfois pointé du doigt pour ses excès. Quel est donc son bilan carbone ?