TPE-PME: Pourquoi et comment agir pour le climat? 

Nous vous expliquons les bénéfices pour l’environnement et pour votre entreprise d’un engagement climat. Et surtout comment faire pour structurer cette démarche !
RSE
Mis à jour le :
16/7/2020
Sommaire

Si vous êtes dirigeant.e d'une startup, d'une TPE ou d'une PME, il est légitime de se demander pourquoi votre entreprise devrait s’engager pour le climat. 

Est-ce que l'action ne doit pas être concentrée sur les grandes entreprises polluantes et les pouvoirs publics? Quel intérêt pour une entreprise de s'engager pour le climat? Et surtout comment faire? Toutes les réponses ci-dessous.

A noter: dans cet article, TPE = moins de 10 salariés ; PME = moins de 250 salariés.


1. Pourquoi agir en tant que TPE-PME: les arguments pour le climat


1.1 Pourquoi le climat? 

> Lutter contre le changement climatique est le plus grand défi du XXIe siècle. Pour un rappel sur les causes et les conséquences du changement climatique, nous vous invitons à lire cet article : "C’est quoi le problème avec le climat déjà?”.


> Traditionnellement, le sujet “environnement” est découpé en 3 : climat, biodiversité et ressources naturelles. Chez Sami, nous considérons que l’approche climat est englobante et permet d’une part de traiter directement le défi le plus grand (le changement climatique) et d’autre part d’impacter également positivement les deux autres critères.


> En effet, les corrélations positives sont nombreuses entre climat, biodiversité et ressources naturelles. Par exemple, quand vous allez réduire votre utilisation de plastique pour baisser votre empreinte carbone, vous allez également agir sur la biodiversité (moins de plastique dans les océans). Mais ce n’est pas toujours le cas, il faut donc toujours avoir en tête les autres critères environnementaux quand on se concentre sur l’approche climat. 


1.2 Toute entreprise a une empreinte et peut s’améliorer

> Empreinte carbone = émissions de gaz à effet de serre induites par l’activité d’une personne, d’une entreprise ou de tout autre entité. Les émissions induites peuvent être directes (par exemple: votre plein d’essence) ou indirectes (par exemple: la fabrication de béton armé qui a servi à la construction de votre maison).


> En tant que citoyen français, nous avons une empreinte carbone “incompressible” indirecte d’environ 1 tonne de CO2e par an, liée à notre utilisation des services publics (les infrastructures, le système de santé, l’administration fiscale, etc.). Le carbone est partout!

> Pour les entreprises, c’est pareil. Toute entreprise a nécessairement une empreinte carbone, au moins indirecte, et donc un impact sur le changement climatique.


> Il est vrai que l’empreinte carbone est en général bien plus importante pour une activité industrielle - avec un produit, une usine et une chaîne d’approvisionnement - que pour une activité de service


> Mais les activités de service ont aussi une empreinte carbone liée aux bureaux, aux déplacements, aux achats effectués, etc. Quand bien même vous n’auriez pas de bureau (100% télétravail par exemple) et une politique zéro déplacement, vous allez notamment utiliser des équipements informatiques qui ont aussi une empreinte carbone :

  • Derrière les ordinateurs et smartphones utilisés, ce sont des usines.
  • Derrière Internet, ce sont des câbles, des antennes et des data centers qui tournent à une électricité plus ou moins carbonée.


1.3 Chaque action compte

> Toute entreprise a une empreinte. Y compris une startup, une TPE ou une PME. Y compris dans le secteur tertiaire. Mais quel est l’impact de ces TPE-PME sur le climat ?


> Le CESE a tenté de faire une estimation : les TPE-PME seraient responsables de 12 à 14% des émissions nationales. C’est une estimation “fourchette basse” et nous estimons que le chiffre pourrait se situer plutôt aux alentours de 20 à 25% des émissions nationales.

> Soyons clairs : les TPE-PME ont un rôle moindre dans le changement climatique par rapport aux ETI et grandes entreprises. Est-ce que cela veut dire qu’il ne faut rien faire ?


> Surtout pas ! Et ce pour 2 raisons :

  • La plupart des grandes entreprises se sont déjà engagés pour le climat, pour certaines depuis plusieurs années. Bien sûr, certains plans climat sont encore trop peu volontaristes voire purement des opérations de communication. Mais des plans climat de plus en plus ambitieux se succèdent. Nous vous invitons à consulter les plans climat de Microsoft, de Stripe, de La Banque Postale ou encore de Danone. Vous verrez que le sujet est traité très sérieusement et souvent avec ambition, quand bien même leur taille et souvent leur modèle d’origine font que le changement va prendre du temps

  • Dans la lutte contre le changement climatique, chaque action compte. Mises bout à bout, les actions peuvent avoir un impact considérable. Si on considère que parce qu’elle a une petite empreinte par rapport aux grandes entreprises, une PME ne doit pas agir, c’est comme considérer que la France ne doit pas agir pour le climat car elle a une petite empreinte par rapport à la Chine ou les Etats-Unis. Cette position inciterait fortement à l’inaction et à la résignation.

> Votre entreprise pourra nécessairement améliorer son empreinte carbone et ainsi participer à son échelle à la lutte contre le réchauffement climatique. Même si vos leviers d’actions sont peu nombreux et que le niveau de réduction atteignable est faible, il est très important d’apporter sa contribution.

1.4 Agir, c’est aussi entraîner ses parties prenantes

> Il ne faut pas négliger l’effet de levier de votre engagement. Si votre entreprise s’engage pour le climat, au delà d’avoir de l’impact à votre propre échelle, vous allez également pouvoir entraîner vos parties prenantes avec vous. Que ce soit vos partenaires, vos clients ou vos collaborateurs.

> Les experts estiment que pour répondre à la crise climatique, l’effort doit venir conjointement des pouvoirs publics, des entreprises et des particuliers. Or les TPE-PME, c’est environ 50% de l’emploi en France ! Si les TPE-PME s’engagent, un salarié sur deux pourra donc être sensibilisé à la lutte contre le changement climatique. Et un salarié dans l’entreprise, c’est également un citoyen à la maison.

> En vous engageant, vous allez également agir au delà de votre propre champ d’action. 

2. Pourquoi agir en tant que TPE-PME: les arguments pour votre entreprise


2.1 Renforcer sa marque employeur

> Les talents sont de plus en plus sensibles à l’engagement environnemental des entreprises. C’est devenu un véritable critère de sélection.


> Une étude récente indique que 88% des professionnels de la tech estiment que l’engagement environnemental d’une entreprise est déterminant dans leur choix d’y travailler. C’est plus encore que l’engagement sociétal (83%). Pour 94% d’entre eux, ils pourraient aller voir ailleurs si jamais la politique de l’entreprise sur le sujet n’est pas alignée avec leurs valeurs personnelles.


> En engageant votre entreprise pour le climat, vous allez donc avoir un argument supplémentaire pour recruter et surtout pour retenir les talents. Si votre engagement climat s’inscrit dans une démarche RSE et une culture d’entreprise forte, vos équipes seront plus engagées dans leur travail, plus attachées à l’entreprise et plus productives.

2.2 Obtenir un avantage compétitif

> Les clients s’intéressent à l’engagement environnemental des entreprises.


> En B2C, les consommateurs sont de plus en plus attentifs à l’engagement environnemental des marques et à l’empreinte carbone des produits qu’ils achètent. Les études montrent qu’ils sont même prêts à payer plus chers pour des services ou des produits plus éco-responsables. Et la tendance ne fera que s’accentuer dans les années à venir.


> En B2B, les demandes des grands comptes sur le sujet de l’environnement sont de plus en plus fréquentes. Ne rien faire au sujet de son empreinte carbone peut devenir un facteur qui vous élimine par rapport à vos concurrents. C’est déjà très vrai dans l’industrie, ça commence à être le cas également dans le secteur tertiaire.


>En vous engageant pour le climat, vous pourrez donc éventuellement gagner des clients et/ou vous assurer de ne pas en perdre.


2.3 Être plus résilient 

> Quand on parle de lutte contre le changement climatique, un levier très important est celui de la réglementation. Jusqu’à maintenant en France, hormis les activités très polluantes, les TPE-PME sont peu concernées par la réglementation. Mais:

  • l’obligation de mesurer son empreinte carbone, qui ne touche pour l’instant que les entreprises de plus de 500 salariés, pourrait être généralisée à toutes les entreprises. C’était une proposition de la Convention citoyenne pour le climat et elle sera reprise par le gouvernement français dans le prochain projet de loi climat courant 2020.

  • l’introduction d’une fiscalité carbone pour les entreprises, qu’elle soit sous forme de bonus (réduction de TVA, exonération d’IS, etc.) ou de malus, est régulièrement débattue. Si vous adoptez dès maintenant un modèle bas-carbone, vous vous assurez de profiter plus tard d’un éventuel bonus ou d’éviter un futur malus fiscal. 


> Bref, en agissant pour le climat dès maintenant, vous anticipez sur une réglementation carbone qui arrivera tôt ou tard.


> Par ailleurs, pour les PME industrielles, en guidant votre entreprise vers un modèle décarboné, vous allez vous prémunir des risques économiques liés à l’augmentation du prix des énergies fossiles et à la raréfaction des financements. Vous construirez donc une stratégie d’entreprise durable et résiliente, prête à affronter des échéances long-terme.


2.4 Faire des économies

> Dans certains cas, réduire ses émissions de gaz à effet de serre permet de faire des économies!

> Quelques exemples d’actions qui pourraient réduire les charges de votre entreprise :

  • Des travaux d’isolation de votre bureau et l’adoption d’éco-gestes au quotidien peuvent faire baisser vos factures d’électricité

  • Des politiques de télétravail et de déplacements plus éco-responsables peuvent réduire vos dépenses de déplacements professionnels et hôtels

  • Si vous êtes dans la tech: en adoptant des principes d’éco-conception web, vous allez non seulement réduire votre empreinte carbone mais également réduire votre facture serveurs et améliorer votre performance économique !

3. Comment agir en tant que TPE-PME?

> Les arguments d’ordre éthique (“c’est bien pour le climat”) et économique (“c’est bien pour mon entreprise”) sont donc nombreux pour engager son entreprise dans une démarche climat. 


> Mais comment faire pour s’engager concrètement


> Votre démarche climat-environnement peut s’inscrire dans une démarche plus large dite RSE, qui prend également en compte l’engagement social de l’entreprise. C’est le cas chez Sami et c’est ce que nous conseillons à nos clients, à travers la labellisation BCorp.


> En tant que TPE-PME, vous faites sûrement déjà des gestes pour l’environnement, sans que ce soit forcément inscrit dans une démarche structurée et quantifiée : tri des déchets, impression recto-verso, télétravail, absence de gobelets et couverts en plastique, etc.


> Il est important de structurer son engagement environnement-climat pour avoir plus d’impact et agir en connaissance de cause. Cela vous permettra aussi de communiquer avec confiance sur le sujet.

Comment structurer votre engagement?

3.1 Mesurer son empreinte

> Mesurer son empreinte carbone est une première étape importante pour bien comprendre l’impact de son entreprise sur le climat et être capable de réduire cet impact. 

> Plusieurs méthodologies existent : 

  • Le Bilan Carbone® : méthodologie qui vise à mesurer toutes les émissions directes et indirectes d’une entreprise (ou d’une collectivité). C’est la méthode la plus utilisée en France.

  • La norme ISO 14064-1, la méthode GHG Protocol, le BEGES : comme le Bilan Carbone®, ce sont d’autres méthodologies 360° de mesure de l’empreinte carbone d’une entreprise.

  • Analyse de cycle de vie (ACV) : c’est une méthodologie plus poussée pour mesurer l’empreinte environnementale complète (dont l’empreinte carbone) d’un produit ou d’un service plutôt que d’une entreprise, en analysant de manière détaillée le cycle de vie du produit.

> Pour mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise :

  • vous pouvez faire appel à un prestataire. Pour un Bilan Carbone®, un expert accrédité - c’est le cas de Sami - va analyser vos dépenses, vos déplacements, votre service ou vos produits pour en extirper des données d’activité qu’il va convertir en tonnes de CO2. 


> Suite à ce travail, vous aurez une vision claire et précise de ce qui impacte le climat dans votre entreprise, et donc des priorités à définir pour réduire votre empreinte.

3.2 Réduire son empreinte

> Grâce à cette photo détaillée de votre empreinte sur le climat, cet expert va vous proposer des actions pour la réduire. 


> La proposition d’un Plan d’action fait partie de la méthodologie du Bilan Carbone®, c’est la 2e brique. Il existe ensuite des méthodologies complémentaires pour définir des objectifs et suivre l’implémentation du Plan d’actions dans la durée.


> Quelles actions vous seront proposées ?


> Ça peut être toute solution, process ou fournisseur qui vous permettra de réduire votre empreinte carbone et écologique. 


> On distingue plusieurs types d’actions :

  • action immédiates : des actions simples, à implémenter rapidement
  • actions prioritaires : des actions sur des gros postes d’émissions qui ne nécessitent pas de changement en profondeur
  • actions stratégiques : des actions qui nécessitent une transformation significative de l’activité et qui peuvent être plus difficiles à mettre en oeuvre 

Quelques exemples d’actions :

  • Changer le type de chauffage du bureau
  • Modifier la politique de télétravail
  • Changer la localisation ou le fournisseur d’hébergement cloud
  • Réduire les déplacements professionnels en avion
  • Concevoir et proposer des produits/services bas carbone. 

> Comme expliqué en introduction, il est important d’avoir en tête les autres critères environnementaux avant d’implémenter des actions selon une approche climat, pour s’assurer que l’effet positif sur le climat ne s’accompagne pas d’effets négatifs sur la biodiversité ou les ressources (“effet rebond négatif”). 

3.3 Financer des projets environnementaux

> Financer des projets dits “carbone” est une 3e brique très importante pour agir pour le climat et l’environnement. 


> Gardez à l’esprit qu’au niveau de la lutte contre le réchauffement climatique, la réduction immédiate de nos émissions est la priorité n°1


> Mais si vous avez déjà engagé votre entreprise dans la réduction de ses émissions, définir une stratégie de contribution à la neutralité carbone mondiale en parallèle est un complément très important et même nécessaire. 


> En effet, pour limiter le réchauffement à 2°C, les scientifiques comptent bien sur ce type de projets pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 comme le prévoit l’Accord de Paris. (Neutralité carbone mondiale = nous absorbons autant de carbone que nous émettons au niveau mondial).


> Ces projets ont des impacts positifs sur le climat via l'évitement d’émissions (projets d’énergie renouvelable, rénovation des bâtiments, etc) ou la séquestration d’émissions, qu’elle soit naturelle (projets de conservation ou reforestation, projets agricoles) ou industrielle. 


> Ces projets ont très souvent des “co-bénéfices” : impact positif sur la biodiversité et la gestion des ressources, impacts sociaux positifs en termes de lutte contre la pauvreté, éducation, égalité homme-femme, etc.

> Attention : ce n’est pas toujours le cas. Certains projets, même parmi les projets certifiés, ne sont pas de qualité et peuvent avoir un impact climat surestimé ou inexistant et un impact social négatif. Il est donc très important de bien choisir ses projets. 


> Plusieurs stratégies de financement sont possibles pour une entreprise. Elle peut financer :

  • En fonction de ses propres émissions
  • En fonction du nombre d’employés, du CA ou tout autre indicateur économique
  • En fonction de ce que ses clients ou collaborateurs financent eux-même
  • En fonction d’un montant libre


NB: On parle souvent de projets de “compensation carbone”. Nous pensons, comme de plus en plus d’acteurs du secteur, qu’il est plus exact de parler de “contribution à la neutralité carbone mondiale”. En effet, ses propres émissions ne disparaissent pas magiquement en finançant ailleurs des émissions évitées ou séquestrées. Ce sont deux choses différentes.


3.4 A qui s’adresser pour structurer ma démarche climat? 

> Il existe des cabinets de conseil spécialisés en RSE et en environnement-climat.

Ces entreprises fonctionnent donc sur le modèle du consulting, avec une facturation en temps homme. Les tarifs pour un Bilan Carbone® se situent entre 3000€ et 10000€ pour une TPE-PME.


La clientèle de ces entreprises est souvent principalement composée d’entreprises industrielles et des grands groupes et leur offre n’est donc pas forcément adaptée à l’accompagnement de TPE-PME, que ce soit en termes de tarif ou d’expérience client.


> L’autre option, vous nous voyez venir, c’est Sami :)

Sami a été créé spécifiquement pour accompagner les TPE-PME et startups avec un service digitalisé, un prix forfaitaire compatible avec un budget de TPE-PME et une expérience client moderne.


Articles recommandés pour vous
Empreinte carbone
6/10/2021
Sami accompagne le monde du private equity dans sa transition bas-carbone!
Comme l’ensemble des entreprises, les acteurs du private equity doivent s’engager dans la décarbonation de nos sociétés. Sami a développé une méthodologie dédiée pour les accompagner !
Empreinte carbone
16/7/2021
Quelle est la définition des Scopes d’émissions 1 2 3 ?
Les différentes méthodologies de comptabilité carbone divisent les émissions de GES en Scopes 1,2 et 3. Définition et retour sur ce terme.
Empreinte carbone
16/7/2021
Qu'est ce que l'empreinte carbone ? Définition et Calcul
L'empreinte carbone est un outil très intéressant pour connaitre l'impact de nos vies sur le climat. Aujourd'hui revenons sur la notion d'empreinte carbone, sa définition et ses modes de calcul.