Top 5 pour un bureau plus durable en entreprise

Un bureau durable c'est quoi ? Voici 5 conseils pour que vous puissiez imaginer un bureau agréable et éco-responsable dans votre entreprise !
RSE
X
mn de lecture
Mis à jour le :
13
April
2022
Sommaire

Vous voulez réaménager vos bureaux ? Pourquoi ne pas les rendre plus agréable et éco-responsable en même temps ?

L'éco-conception des espaces de travail est un sujet de plus en plus abordé en entreprise et plusieurs compagnies comme Fairspace s'occupent de vous aider à imaginer et aménager vos bureaux propices au bien-être et à la qualité de vie au bureau.

Pour avoir plus d'infos sur les espaces de travail durables, nous avons demandé à Marion Désert, co-founder de Fairspace et experte de l'aménagement durable de bureaux de nous faire un top 5 des conseils pour un bureau agréable et éco-responsable !

Bureau durable, quésaco ?

Lorsque nous parlons de bureaux durables, nous désignons ceux qui ont un faible impact environnemental tout en prenant soin de la santé des personnes. Travailler dans un environnement sain, tant sur le plan physique qu'émotionnel, est plus important aujourd'hui que jamais. Voici donc un top 5 des actions et démarches pour que vos bureaux deviennent plus durables !

1. Faire un audit de ce que l’on a déjà / de ce que l’on peut réutiliser 

Cela semble évident, mais c’est souvent oublié dans le feu de l’action ! L’une des meilleures actions pour un nouvel aménagement responsable est de réemployer un maximum de son mobilier déjà présent dans ses murs.

Il arrive également régulièrement - notamment dans le cas de multi-sites ou multi-directions - que du mobilier utilisé dans une branche ou un autre immeuble soit activement recherché par une autre équipe.

Il ne faut pas hésiter à faire un “pas de côté” pour imaginer un autre emploi du mobilier que celui initialement prévu ! Pourquoi ne pas réutiliser les fauteuils visiteurs vintage stockés en sous-sol dans un espace collaboratif avec du mobilier complémentaire ? Ceci leur donnerait un nouveau pep’s !

2. Penser ses espaces avec les utilisateurs

Cela peut paraître étonnant mais c’est sans doute l’une des règles les plus importantes pour aménager ses bureaux en version responsable !

Interroger les équipes permettra d’investir dans la quantité de mobilier adapté à son besoin, sans superflu et en limitant le faible usage de certains espaces ou mobilier qui ne seraient pas réellement adaptés aux utilisateurs.

Pour cette étape il est possible d’expérimenter sur une courte période de nouveaux usages et aménagements afin de les déployer par la suite à plus grande échelle. Cette étape permettra de faire des arbitrages et de se rendre compte d'éventuels aménagements peu utiles.

Enfin, il est important sur de grandes tailles d’équipes de ne pas confondre équité et égalité ! Si offrir des aménagements similaires avec une même qualité de services est nécessaire, s’adapter aux besoins de chaque équipe est primordial. Par exemple, si une équipe demande des adaptations aux aménagements proposés comme la suppression d’un bureau au bénéfice d’un coin d’échange, il est fort probable que cela soit pour une meilleure productivité de leur part ainsi qu’un meilleur usage des espaces.

3. Prévoir un aménagement favorisant les éco-gestes du quotidien

Un aménagement circulaire est aussi un aménagement qui permet une réduction de son empreinte environnementale au quotidien.

Il est donc important d’intégrer en amont du projet les adaptations permettant les éco-gestes du quotidien. Ainsi pour faciliter le recyclage, il faut penser à la mise en place dans les bons espaces de zones de tri (et ne jamais Ô grand jamais mettre un bac “déchets divers” sans sa/ses alternatives recyclages à côté).

Également si vous proposez le développement de mugs pour les pauses cafés, mais qu’aucun lieu à proximité des machines à café ne permet de nettoyer son mug, il est peu probable que cet éco-geste devienne la norme. Ce genre de “détail” permettant un meilleur tri, la réduction des déchets ou encore des économies d’eau, d’éclairage ou de climatisation/chauffage doit être anticipé au plus tôt pour éviter les adaptations parfois complexes.

Un dernier exemple concerne la mobilité des salariés : si aucun espace sécurisé et fonctionnel n’est prévu pour les vélos et autres équipements de mobilité douce, seule une minorité réduira son impact mobilité et par définition celui de l’entreprise.

4. Aménager avec du mobilier issu du réemploi ou upcyclé

Cette action est toute aussi importante que les trois précédentes. Choisir du mobilier issu de l’économie circulaire n’est pas négociable lorsque l’on souhaite concevoir des bureaux plus respectueux de l’environnement.

93 500 tonnes de mobilier de bureau sont collectées auprès d'entreprises françaises estimant ne plus en avoir besoin. La plupart sont encore en excellent état ou ne nécessitent qu’un reconditionnement peu coûteux pour vivre une nouvelle vie.

Alors pourquoi ne pas en profiter ? Avantage supplémentaire, le réemploi permet de faire un gain en qualité et/ou une économie financière par rapport à un produit neuf !

Le mobilier upcyclé offre des avantages complémentaires au mobilier de réemploi, il est possible de créer des pièces personnalisées en quantité avec les finitions que l’on souhaite, ce qui est plus complexe côté réemploi. L’upcycling permet également de créer des espaces iconiques avec du mobilier créé la plupart du temps par des designers et avec des histoires à raconter ; cela permet de donner une âme à vos espaces de travail.

5. Sensibiliser les équipes au quotidien

Enfin dernière étape sur la frise chronologique souvent négligée : l’information et la communication à destination des collaborateurs ! Lorsque l’on met en place une démarche d’aménagement circulaire, il est important de partager cette information aux utilisateurs et parties prenantes.

Cette démarche pédagogique facilitera l’appropriation des lieux et surtout des aménagements en réemploi qui peuvent conserver une trace de leurs passés. Un “nouveau fauteuil avec une rayure" ou un “nouveau fauteuil en réemploi qui a vécu une première vie dans une entreprise avec une rayure trace de sa vie passée” n’aura pas le même impact auprès des utilisateurs et permettra d’éviter d’éventuelles frustrations ou incompréhensions de la part des équipes.

Le second intérêt - outre celle d’améliorer l’image de l’entreprise - est également d’infuser ces pratiques auprès d’un plus grand nombre d’acteurs potentiels pour démultiplier l’impact de cette action individuelle qui pourra s'accroître sur les sphères personnelles, mais également sur d’autres thématiques de l’entreprise comme le numérique responsable ou la mise en place d’un bilan carbone par exemple ;).

Et au fait, l'aménagement des bureaux ça compte dans le bilan carbone d'une entreprise ? Absolument, et c'est parfois une part non négligeable du total ! Pour savoir si c'est votre cas une seule solution : le mesurer !

Et pour ça vous pouvez compter sur nous, la solution Sami vous permet de mesurer votre impact et vous propose les meilleures solutions pour le réduire efficacement. Les recommandations sont chiffrées et vous pouvez même demander à être mis en relation avec un prestataire spécialisé pour la mettre en place, comme notre partenaire Fairspace si on parle bureaux (avec en plus un super tarif préférentiel 🤫) !

Lancez-vous avec le bilan carbone
Le bilan carbone d’entreprise est la première étape de toute démarche environnementale complète et ambitieuse... Alors, ne le ratez pas !
Articles recommandés pour vous
RSE
July 30, 2022
Développement durable en entreprise : ça ne suffit plus
Qu’est-ce que le développement durable en entreprise ? Que dit la loi ? Par où commencer ? Décryptage, exemples d’actions et méthodo !
Neutralité carbone
June 28, 2022
Net Zero Initiative: Les 10 principes de votre stratégie climat
Comment savoir si la stratégie climat de votre entreprise est ambitieuse ? Suivez ces 10 principes portés par les professionnels du changement climatique
Empreinte carbone
June 22, 2022
Bilan Carbone Personnel : pourquoi et comment le calculer ? 
Top 3 des outils pour calculer son bilan carbone personnel… Et prioriser les bonnes actions pour réduire son empreinte sur le climat !