Faut-il un Covid par an pour atteindre nos objectifs climatiques?

Quel est l'impact du coronavirus covid-19 sur nos émissions de gaz à effet de serre et donc sur le climat? Cela nous aide-t-il à atteindre nos objectifs climatiques?
Actualités
Mis à jour le :
16/7/2020
Sommaire

Les conséquences économiques et sociales du confinement et des autres mesures restrictives encore en vigueur liées au Covid-19 se font déjà sentir et d’après les économistes, le pire est à venir. 

Malgré ces mauvaises nouvelles, on sait qu’il y aura au moins une conséquence positive liée au Covid-19 : la baisse des émissions mondiales en 2020. De combien? Combien ça représente par rapport à nos objectifs pour le climat? On vous répond.

Sommaire :

1- La baisse des émissions causée par le Covid

    1.1 Au plus fort du confinement

    1.2 Les prévisions pour 2020

2- Un Covid par an pour atteindre nos objectifs climatiques?

    2.1 Quels objectifs climatiques?

    2.2 Comment les atteindre?

1- La baisse des émissions causée par le Covid

Rappelons tout d’abord qu’au niveau mondial, les émissions de gaz à effet de serre sont en croissance quasi ininterrompue dans notre histoire récente. Sur 2012-2017, la croissance annuelle moyenne des émissions était de 1,2%. Sur 2000-2010, cette croissance était plus élevée : 2,5% par an en moyenne. 

La dernière année de baisse des émissions mondiales est 2009, année de récession mondiale liée à la crise financière. Les émissions avaient baissé de 1,4% par rapport à 2008.

Les émissions ont crû d’environ 2% en 2018 et il estimé qu’elles ont stagné en 2019.

Quel est l’effet des mesures de confinement et des restrictions liées au Covid-19 sur les émissions 2020 ? 

1.1 Au plus fort du confinement

En février, mars, avril et mai 2020, au plus fort du confinement imposé dans de nombreux pays pour enrayer la propagation du virus Covid-19, beaucoup des plus grandes économies mondiales étaient quasiment en pause. Bureaux et restaurants fermés, voitures et avions à l'arrêt, usines qui tournent au ralenti... 

Peu de chiffres sont encore disponibles. Mais une étude publiée dans la revue “Nature Climate Change” en mai 2020 s’est penchée en détail sur le sujet en se focalisant sur le CO2, gaz à effet de serre le plus important dans nos émissions.

Menée par Corinne Le Quéré, présidente du Haut Conseil pour le Climat, l’équipe de chercheurs estime qu’entre le 1er janvier et le 30 avril 2020, les émissions mondiales de CO2 ont baissé de 8,6% par rapport à 2019

Par pays, lors des jours de confinement les plus stricts, la baisse d’émissions quotidiennes maximale a atteint 26% par rapport à 2019, pour atteindre des niveaux d’émissions quotidiens comparables à 2006. En France, la baisse est plus forte que la moyenne : les chercheurs ont calculé une baisse d’émissions quotidiennes de 34 %.

Sur la période, les émissions liées au transport ont chuté d’environ 36% tandis que les émissions liées à l’industrie ont vu une baisse de 19%. Pour l’aviation, la baisse atteint même 60%. C'est énorme !

1.2 Les prévisions pour 2020

L’étude publiée en mai 2020 dans Nature Climate Change situe entre 4% et 7% la baisse annuelle des émissions de CO2 pour 2020, selon les différents scénarios de reprise d’activité.

Mais une étude de l’Agence internationale de l’énergie plus récente prédit elle une baisse de presque 8% des émissions de CO2 liées à l’énergie. Ce serait la plus grosse baisse annuelle de nos émissions de CO2 jamais enregistrée !



C'est une aide bienvenue pour atteindre nos objectifs climatiques mais qui représente une goutte d’eau par rapport aux efforts nécessaires à faire, sur plusieurs décennies. En effet, bien que la baisse annuelle soit très importante, une année 2020 à -8% ne consisterait qu’à revenir au niveau d’émissions de CO2 de 2010.



2- Atteindre nos objectifs climatiques

2.1 Quels objectifs climatiques?

En signant l’Accord de Paris, la quasi totalité des pays du monde a entériné l’objectif de limiter à maximum 2°C le réchauffement climatique d’ici 2100 par rapport à l’ère pré-industrielle, et si possible en deçà de 1,5°C de réchauffement.

L’Union Européenne, signataire de l’Accord de Paris, a traduit cet objectif de manière plus concrète avec un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 par rapport à 1990. La Commission européenne souhaite d’ici 2021 porter cet objectif à 55%.


2.2 Comment les atteindre

Selon un rapport de l’ONU, pour limiter le réchauffement à +1,5°C, il faudrait réduire les émissions de CO2 de 7,6% par an, chaque année dès 2020 et jusqu'à 2030.

Pour l’objectif +2°C, il faudrait réduire les émissions de CO2 d’environ 2,7% par an jusqu’à 2030.

Si l’année 2020 atteint effectivement une baisse de 8% des émissions, les commentaires qui consistent à dire qu’il faudrait l’équivalent d’un Covid-19 tous les ans pour atteindre nos objectifs climatiques font donc référence à l’objectif +1,5°C. C’est l’objectif le plus ambitieux et il est pour certains climatologues déjà inatteignable.

Nous pourrions donc ajouter une autre comparaison : "Pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement climatique à +2°C, comme l’exige l’Accord de Paris, il faudrait l’équivalent d’un Covid-19 environ tous les deux ans et demi." Voilà qui peut donner une idée de l’ampleur de l’effort nécessaire pour rester en dessous d’un réchauffement de 2°C. 

Cependant, il est évident que ce n’est pas par le biais d’un arrêt brutal de nos économies et donc de la demande en énergie, que la baisse des émissions doit se faire. En effet, cet arrêt brutal et non contrôlé engendre une crise économique et sociale certaine, qui pourrait endommager nos modes de vie tout autant ou plus que le changement climatique.

En 2020, l’énergie provient encore à 80% des énergies fossiles. Il faut donc d'abord agir plus vite sur le remplacement de l'énergie fossile, tous secteurs confondus (électricité, transport, industrie, chauffage individuel, etc.). Mais également sur la réduction de l'utilisation de l'énergie, qu'elle passe par une utilisation plus efficace de l'énergie ou des changements de consommation (particuliers) et d'achats (entreprises).

C’est donc en agissant de manière contrôlée sur les économies d’énergie, les changements de comportements et la substitution des sources d’énergie que nous pourrons atteindre nos objectifs climatiques.



Articles recommandés pour vous
Empreinte carbone
3/11/2021
ACV (Analyse de Cycle de vie) : définition, exemples et explications
Qu’est-ce qu’une ACV, ou analyse de cycle de vie ? À quoi sert-elle ? Comment évalue-t-on les impacts environnementaux d’un produit grâce à l’ACV ? On vous explique tout ça.
Empreinte carbone
3/11/2021
Qu’est-ce que la comptabilité carbone : tout ce qu’il faut savoir
Qu'est-ce que la comptabilité carbone ? Sur quels principes se construit-elle et avec quelles méthodologies ? Quelle est sa place dans une stratégie de développement durable ? On vous dit tout !
Actualités
27/10/2021
Foot et climat : le bilan carbone du ballon rond
Football et climat font-ils bon ménage ? À l'heure où tous les secteurs doivent se décarboner, le football est parfois pointé du doigt pour ses excès. Quel est donc son bilan carbone ?